Comment se motiver à fond avec ces 6 astuces

comment se motiver

Vous êtes du genre à vous demander comment se motiver, car vous avez envie d’accéder à une réserve d’énergie gigantesque pour vous aider à accomplir de grand objectifs personnels ou retrouver la motivation. Mais malgré tous vos efforts vous n’arrivez pas à trouver la motivation nécessaire pour finir les choses?

comment se motiver

Pas de problème, trouver la bonne façon de se motiver est un problème que rencontre quasiment toute l’humanité, et la plupart des gens n’ont simplement aucune méthode de motivation pour y parvenir, ce n’est jamais un problème d’état d’esprit chez la personne .

Cet article va vous mâcher le travail et vous montrer comment se motiver, et vous pourrez utiliser cette méthode pour avancer plus rapidement dans :

  • Les études.
  • Le travail.
  • Le sport.
  • Maigrir.
  • Courir.
  • La dépression.
  • Votre couple.
  • Quand vous n’avez envie de rien.

J’en promets beaucoup. Peut-être un peu trop, mais quand vous allez prendre connaissance de ces leviers de motivation d’ici quelques instants, tout va commencer à s’illuminer et se connecter en vous.

 

Ma méthode pour se motiver et accomplir ses objectifs

Le problème majeur des gens qui perdent la motivation n’est pas leur paresse, Perdre sa motivation est un problème issu de la biologie humaine et d’un simple manque de planification. Et si vous maîtrisez ces deux aspects vous pouvez tout transformer en source de motivation intarissable pour vous.

Laissez moi vous expliquez avec deux questions de laboratoire, répondez-y sincèrement :

  • Qu’allez-vous cuisiner ce midi ou demain midi?
  • Qu’allez-vous faire après votre repas?

Si vous faites partie de la majorité des gens à travers le monde, vous n’avez aucune idée de réponse à au moins l’une de ces questions parce que vous n’avez pas envie de vous prendre la tête sur ce genre de problèmes maintenant et que mes questions vous emmerdent.

Oui ou non? Dites la vérité!

Et si vous ne vous ne vous posez pas ces questions c’est parce que vous savez que dans vos placards, ou au coin de la rue quelqu’un pourra vous servir à manger en un temps record. Nous vivons tout de même dans une belle société. Mais comme tout devient facile à avoir, nous en avons oublié jusqu’à comment se motiver pour faire quelque chose.

Voici donc maintenant les étapes pour vous montrer comment vous motiver tout seul pour n’importe quel challenge que vous pourrez vous lancer à vous-même.

 

Étape N°1 : Définir une récompense ou un rêve à réaliser pour rester motivé

Avoir la motivation ou non de faire quelque chose est souvent l’une des excuses que nous utilisons pour ne pas faire ce que nous avons le plus besoin de faire, et rester dans notre zone de confort.

Ceci s’explique par le fait que ce nous motive n’est jamais l’activité en elle même, vous êtes motivé par une récompense. Par exemple quand vous décidez de maigrir, ce qui vous motive n’est pas le fait de changer votre alimentation, ou d’aller faire de l’exercice physique. Non ce qui vous motive c’est l’idée de la façon dont votre vie pourrait changer après ça.

La première étape pour retrouver sa motivation va donc être des plus simples. Définissez un rêve à réaliser ou simplement quelque chose que vous voulez obtenir, voici quelques exemples courant :

  • Je veux devenir riche.
  • Je veux un autographe de Renaud (Comment ça non? Ne vous mentez pas à vous-même).
  • Je veux avoir mon bac.
  • Je veux une promotion au travail.
  • Je veux apprendre une langue.

être motivé

Ce que vous voulez obtenir n’a pas besoin d’être extraordinaire, ni même quelque chose inaccessible, ça peut même être quelque chose de la vie courante, par exemple : « je veux aller visiter Venise ». L’important est que ce soit quelque chose que vous pouvez visualiser (faites un exercice de visualisation en imaginant ce que vous rêvez d’obtenir ou de vivre).

 

Étape N°2 : Formuler un plan pour atteindre votre rêve

On appelle souvent cette étape : la définition d’un objectif. Mais tous les objectifs ne sont que des plans destinés à poursuivre un ou plusieurs rêves.

Cette étape n’est pas difficile, c’est comme dire : « Je vais aller courir tous les matins. » si votre rêve est de maigrir. Ou d’écrire : « Je vais vendre 1 millions de produits pour devenir riche. », ou encore « Je vais bûcher pendant 3 mois pour réussir mon bac. »

formuler un plan

C’est votre plan de bataille, et il ne m’appartient pas de vous dire s’il est bon ou non, un plan est un plan, il met en action votre motivation originelle (l’envie d’une grande récompense), et il n’a pas besoin d’être bon ou mauvais.

 

Étape N°3 : Identifier les compétences clés nécessaires à l’atteinte d’un objectif

Contrairement à l’étape de la formulation d’un plan, cette étape est très importante, et c’est l’une de celle qui va vous demander le plus de temps. C’est aussi parce qu’elle est presque jamais faite que la plupart des gens connaissent une baisse de motivation avant de perdre la motivation.

Ce qui vous devez comprendre à ce stade, c’est que le cerveau humain est comme un drogué qu’il est impossible de sortir de sa dépendance. Il passe son temps à vouloir s’envoyer des shots de dopamine. Nous avons tendance à penser qu’être motivé au quotidien dépend uniquement de notre volonté, mais nous avons totalement tort. Chercher à être motivé par la volonté n’aide ni à augmenter la motivation, ni à maintenir la motivation. Nous pensons que notre mental est tout puissant, mais la réalité c’est que notre cerveau n’a aucune capacité d’autodétermination dépassant une journée.

Voilà ce à quoi pense notre cerveau quasiment toutes les minutes :

dopamine et cerveau

Pour votre cerveau être plus motivé pour apprendre, ou pour faire du sport n’est pas une question de volonté, mais une question de libération de dopamine.

La libération de dopamine est l’un de nos mécanisme de survie. C’est à dire qu’il veut des récompenses faciles à obtenir et ne rien faire de trop compliqué pour les obtenir. C’est par ce même mécanisme que les chiens mangent tout ce qu’ils trouvent. Ils le font parce que c’est une source de nourriture, et ils préfère l’avaler par peur d’un futur incertain temps qu’ils le peuvent.

Et dans la vie nous agissons de la même manière qu’un chien, nous avalons tout ce qui nous fait nous sentir bien rapidement, que l’on parle d’émotion, de nourriture, de discours, de mensonges, d’activité, de loisirs, etc.

C’est cette recherche perpétuelle de dopamine qui fait que nous sommes mal préparés pour atteindre des objectifs difficiles, ou que nous n’avons aucun plan pour dans 2 ans. Car les objectifs de valeur ou difficiles ne libère de la dopamine qu’une fois terminé. Par exemple : devenir champion du monde, tout le reste de la tâche n’est qu’efforts et souffrances pour y parvenir.

C’est quand nous rencontrons des difficultés que nous n’avions pas imaginés dans l’atteinte d’un objectif que notre cerveau commence à agir sur notre niveau de motivation.

Ces obstacles répétitifs nous empêchant de libérer ces doses de dopamines, notre cerveau va nous orienter vers des activités plus faciles et confortables pour que nous libérions sa dopamine adorée.

C’est exactement la raison pour laquelle les fast food existent et que les gens ne cuisinent pas. Que les programmes de divertissements ont plus de succès d’audience que les programmes culturels, et que 80% des gens n’aiment pas leur travail, ou qu’on abandonne un régime après quelques semaines.

motivation des gens

On n’abandonne jamais un objectif parce que c’est réellement difficile à accomplir, ce qui nous empêche d’accomplir nos objectifs et nous démotive c’est plutôt que:

  • L’activité ne libère pas de dopamine assez rapidement (Ex: Préférer manger un plat préparé vs cuisiner pendant 3 heures).
  • Vous ne ressentez pas la progression dans votre objectif (Ex : Vous ne voyez pas les ventes de vos produits évoluer).
  • Vous n’utilisez pas votre énergie de la bonne façon (Ex : Vous ne travaillez que les matières où vous êtes fort uniquement).

L’origine de votre problème de motivation est probablement, un concentré de tout ça. C’est à dire qu’il y a de forte chances que motivé par l’envie, vous vous lanciez à la recherche d’une récompense avec un plan en tête (comme sur le schéma plus haut). Mais que ce plan ne comporte qu’une seule action décisive pour remporter la victoire.

Autrement dit, c’est comme si vous vouliez être un champion de tennis, et que votre seul plan pour gagner soit de battre vos adversaires uniquement grâce à votre service. Ceux qui maîtrisent toutes les autres compétences clés de cette discipline vont vous massacrer.

Et c’est souvent l’attitude que nous avons dans la vie, nous nous disons :

  • Je vais aller courir (ou faire de l’activité physique) tous les matins pour perdre du poids.
  • Je vais me motiver à apprendre et bûcher pendant 3 mois pour avoir mon bac.
  • Je vais lire des livres pour apprendre l’anglais.
  • Je vais faire plus d’heures au travail pour avoir une promotion.

Ces plans sont bons, mais ils ne prennent pas en compte le fait que pour devenir un maître dans un domaine, aussi simple qu’il soit, il y a au minimum entre 3 et 10 compétences clés à maîtriser.

Par exemple, les personnes qui apprennent l’anglais ont tendance à se focaliser sur une seule compétence, et il la font pendant des mois sans grande progression, alors que s’ils prenaient un papier et un crayon, pendant 5 minutes, et se demandaient : « De quoi ai-je besoin pour parler anglais? », ils changeraient littéralement le niveau de progrès possibles qu’ils pourraient faire pour avancer vers l’objectif qu’ils se sont fixés :

compétences pour la maitrise d'une discipline

  • Apprendre les règles.
  • Écouter de l’anglais.
  • Lire de l’anglais.
  • Parler en anglais.
  • Écrire en anglais.

Et c’est tout! Vous n’avez besoin d’absolument rien d’autre pour maîtriser une langue (car ça marche aussi pour les autres langues). Pour chaque domaine que vous voulez maîtriser, posez-vous simplement cette question : quelles sont les compétences clés dont j’ai besoin pour faire l’action principale?

compétences nécessaires dans un domaine

Vous pouvez le faire pour la cuisine, toutes les activités sportives, pour les choses à faire chez vous, pour votre progression professionnelle. Identifier les compétences clés nécessaires à la maîtrise d’un domaine ou d’une discipline est la première étape concrète pour reprendre le contrôle de votre motivation.

Pouvoir atteindre ses objectifs et trouver comment se motiver commence par là.

 

Étape N°4 : Donnez-vous une note honnête sur ces compétences clés

Ici votre mission est extrêmement simple, vous reprenez votre liste de compétences clés à maîtriser, et vous vous mettez une note de 1 à 10 sur ces compétences clés.

Voici par exemple ce que cela donne pour mon niveau d’anglais :

autoévaluation de compétences

Ce petit exercice tout simple vous permet d’identifier vos points faibles et vos points forts. Grâce à lui vous pourrez savoir exactement sur quoi vous devez insister pour progresser, et vous pourrez laisser les compétences ou vous êtes plus fort de côté pour mieux concentrer votre énergie sur ce qui compte dans votre progression. Votre progression étant synonyme de récompenses pour votre cerveau, elle est un élément clé pour garder sa motivation et atteindre son but.

noter ses compétences

L’idée est de chercher l’équilibre dans les domaines clés.

Étape N°5 : Définir des exercices pratiques simples pour progresser dans les compétences clés d’un domaine et augmenter sa motivation

Maintenant que vous connaissez vos points forts et vos points faibles, il est temps d’imaginer des petits exercices pratiques pour combler vos faiblesses. Ces exercices pratiques aident à trouver comment se motiver et tout déchirer.

Mais pas de la façon dont vous l’imaginez… C’est-à-dire que vous n’allez pas vous imposer 4 heures de math si vous êtes nul en math. Non, ce que vous allez faire c’est prendre, les compétences clés de votre domaine, et pour chacune d’elles, vous allez inventer un exercice très simple réalisable sur une durée de 30 minutes maximum par exercices.

Par exemple pour apprendre une langue :

  • Apprendre 5 nouveaux mots de vocabulaire.
  • Écouter 8 minutes d’anglais.
  • Lire 5 pages d’un livre en anglais.
  • Enregistrer 10 phrases en anglais.
  • Écrire 3 paragraphe en anglais.

Cela vous parait peu, voire ridule? Multipliez-le par 365 jours :

  • 1825 mots appris.
  • 2920 minutes écoutés.
  • 1825 pages lues.
  • 3650 phrases parlés.
  • 1095 paragraphes écrits.

Bien sûr les exercices sont à ajuster en fonction de vos progrès pour concentrer l’énergie où vous en avez le plus besoin. Mais ce qu’il est essentiel de comprendre ici, c’est que vous pouvez atteindre n’importe quel objectif, si vous les abordez de manière intelligente (vous pouvez même poursuivre plusieurs objectif à la fois), au lieu de cramer toutes vos ressources énergétiques et mentales en deux jours, et de perdre logiquement votre motivation.

Ce qui est magique avec cette idée c’est que comme les exercices sont courts, votre cerveau n’a pas le temps de penser à abandonner pour quelque chose de plus agréable (une activité libératrice de dopamine).

Le cerveau n’est pas motivé par des objectifs complexes, il est motivé par des récompenses, par des accomplissements, par des progressions rapides de votre vie ou de votre pouvoir personnel, par la recherche d’un sentiment de bien être. En comblant vos faiblesses avec ce genre de petit exercices, vous lui donner la liberté d’avoir le sentiment de progresser sans trop en faire, et il adore ça…

 

Étape N°6 : Prendre l’habitude d’avoir des habitudes

Vous l’avez maintenant compris, pour réussir à atteindre vos objectifs l’essentiel est de bien répartir l’énergie que vous allez dépenser dans les exercice pratiques qui sont nécessaires pour progresser dans votre domaine. Pour ça, il faut prendre l ‘habitude d’avoir des habitudes.

En général une habitude (bonne ou mauvaise) est une action que l’on va répéter parce qu’elle libère de la dopamine.

Les mauvaises habitudes pour nous ont tendance à être des choses faciles qui vont libérer de la dopamine rapidement. Et les bonnes habitude des choses difficiles qui vont la libérer bien plus tard. Comme vous pouvez l’imaginer,  personne ne se pose la question de savoir comment se motiver quand il est question de faire des choses plaisantes ou agréables. Le manque de motivation ou son déclin arrive toujours quand les choses se compliquent par rapport à ce que nous avions imaginé.

Le tout , comme on ne peut pas lutter contre nos instinct de survie (qui est un junkie du plaisir), c’est donc de trouver un équilibre en plaisir et souffrance dans la poursuite de vos challenges.

Pour ça, je vous conseille de vous fixer un minimum de temps de travail par compétences clés dans lesquelles vous voulez vous améliorer. C’est à dire que vous prenez un chrono ou un sablier et vous vous obligez à passer un minimum de temps pour progresser dans cette compétence en particulier. Facile à faire, moins contraignant qu’une liste de tâches mais diablement efficace sur la durée si vous ne sautez jamais un seul jour (c’est essentiel pour progresser, même quand vous n’en pouvez plus).

avoir des habitudes

Voici un exemple :

  • Consacrer 30 minutes d’écriture à un article.
  • Courir 30 minutes par jours.
  • Chercher du nouveau vocabulaire pendant 30 minutes.

Cette technique permet de stimuler la motivation, ou plus exactement de ne plus être dépendant de votre cerveau pour être très motivé ou garder votre motivation.

“Nous façonnons d’abord nos habitudes, puis nos habitudes nous façonnent.” – Jacques Attali

La plupart du temps, comme ce minimum sera très faible (n’oubliez pas que nous avons tendance à vouloir en faire moins), vous serez tenté d’en faire plus, voir d’exploser le chronos minimum.

Plus l’homme remplit son assiette, moins il a faim.

Mais vous devez résister à cette envie, car le but de cette étape est de vous discipliner. de manière à ce que le cerveau n’ai ni le temps d’aimer ce que vous faites, ni de détester la souffrance associé à la tâche.

Vous chronométrer permet aussi de délimiter le temps de travail et d’aller récompenser le cerveau avec des doses de dopamine pendant les moments de pause.

La motivation principale d’un travail c’est d’obtenir une récompense ensuite, donnez des petites récompenses au cerveau histoire de le tromper. Et à l’image du conditionnement d’un chien, qu’il associe l’habitude d’obéir à l’idée d’obtenir une récompense.

 

Et si je veux en faire plus que ce que j’avais délimité?

Augmentez simplement la durée de quelques minutes et fixez-le comme nouvelle limite pour le lendemain. Après pendant les exercices physiques ou intellectuels, rien ne vous empêche de rajouter quelques minutes.

Mais attention! Je vous le rappelle encore :

Ce qui compte pour accomplir un objectif n’est pas l’effort fournit sur les exercices pratiques, mais la régularité à laquelle vous les faites.

Faire des exercices tous les jours pendant votre entraînement est ce qui fera de vous un champion. Je ne l’ai pas dit, mais vous vous en doutez déjà, les exercices pour progresser sont à faire et terminer absolument chaque jour, jamais vous ne pouvez en déroger.

N’oubliez pas non plus, qu’en travaillant sur plusieurs de vos points faibles à la fois, vous aurez bien assez de travail comme ça.

 

Et si mon challenge est dans un domaine qui demande beaucoup de temps?

Cela ne change rien, l’objectif n’est justement pas d’atteindre votre grand objectif, par exemple si vous faites du saut à la perche, l’objectif ne sera pas forcement d’atteindre plus de 6 mètres pendant l’objectif, mais plutôt de travailler les compétences clés dont vous avez besoin pour ça. Même chose si vous courez un marathon ou si vous êtes triathlète, vous n’êtes pas obligé de courir, nager et faire du vélo tous les jours. Soyez plus malin, identifiez vos points faibles pour améliorez vos performances sur les domaines clés (courir, nager ou pédaler plus ne vous fera pas progresser, ni ne vous rendra plus endurant, par contre réfléchir à quels sont les compétences clés pour être plus endurant dans chaque domaine et quels sont vos points faibles oui).

Bien sûr rien ne vous empêche de planifier une grande épreuve à passer chaque semaine quand il n’y a pas de compétition si vous êtes un grand sportif, c’est même conseillé pour mettre en pratique ce que vous aurez travaillé pendant les semaines.

A vous de voir, jusqu’à quel point vous êtes endurant, et jusqu’où vous pouvez tenir sur une année avant de perdre la motivation. Il n’y a pas de bon, ou de mauvais minimum en matière de motivation et d’habitudes, ce qui compte c’est si l’énergie que vous décidez d’y investir vous permet de le faire tous les jours ou non. Si c’est non, baissez vos exigences. Si c’est oui, augmentez-les.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×