ux design

L’impact de l’UX Design sur votre référencement Google

Depuis quelques années, Google accorde de plus en plus d’importance à l’UX comme critère de référencement et son algorithme est devenu de plus en plus performant dans la reconnaissance de certains signaux UX.

En effet, l’algorithme d’auto-apprentissage de Google donne de plus en plus de valeur à l’expérience de l’utilisateur pour déterminer le classement des sites et des pages référencées.

Là où l’UX était autrefois un petit facteur de classement, c’est désormais un facteur déterminant que les spécialistes du référencement doivent vraiment prendre en compte.

Il est donc plus important que jamais que les concepteurs d’UX, les développeurs web et les spécialistes du référencement travaillent et réfléchissent ensemble. Dans cet article, nous vous en disons plus sur la façon dont l’UX est utilisé comme facteur de référencement, ce que vous pouvez faire pour en profiter et les outils pratiques que vous pouvez utiliser pour vous faciliter la tâche.

 

L’UX devient de plus en plus important pour le référencement

Ces dernières années, divers facteurs de classement UX ont été ajoutés aux critères de référencement : la vitesse de chargement des pages, la sécurité du site web (HTTPS), l’aspect “mobile first” et divers paramètres concernant la facilité d’utilisation et de navigation du site web. Pour les spécialistes du SEO, il devient donc de plus en plus important de prendre en compte l’UX dans le développement de leurs stratégies de référencement.

Cependant, cela ne s’arrête pas là pour Google. À partir de 2021, l’accent devrait être mis encore davantage sur l’UX, où les mesures de Core Web Vitals seront prises en compte. Les « Core Web Vitals » sont des mesures liées à la vitesse, la réactivité et la stabilité d’un site web.

Ces mesures sont déjà utilisées pour classer certains sites web et pèseront plus lourd à partir de 2021. Il est donc intéressant de déjà s’en soucier aujourd’hui afin d’être prêt dès que ces facteurs seront vraiment pris en compte par Google.

 

Les différents facteurs de référencement UX

L’ajout des signaux UX à l’algorithme de Google est une bonne chose. L’algorithme s’est amélioré pour détecter les sites web non fiables et identifier les sites web de moindre qualité.

Aujourd’hui, il n’est plus si facile que ça d’obtenir un score élevé en matière de référencement, il y a énormément de cases à remplir, et il faut prendre en compte chacun de ces critères pour arriver en tête des résultats de recherche.

Quand on parle d’UX, ça peut vouloir dire plein de choses différentes. Dans la suite de cet article, nous allons voir la liste des facteurs concrets à prendre en compte.

 

Les signaux envoyés au moteur de recherche  (taux de rebond, taux de clics, temps d’attente)

Les signaux UX auxquels vous devez absolument prêter attention pour votre référencement sont le taux de rebond, le taux de clics (CTR) et le temps d’attente.

Le taux de rebond (pourcentage d’utilisateurs qui retournent aux résultats de recherche sans cliquer plus loin) et le CTR (pourcentage d’utilisateurs qui cliquent sur votre site web), sont bien connus mais le temps d’attente est un facteur important qui est également lié au taux de rebond.

Le temps d’attente permet de savoir combien de temps un utilisateur reste sur votre page avant de retourner aux résultats de la recherche. En ne regardant que le taux de rebond, sans le comparer au temps d’attente, on passe à côté de la situation globale. Vous pouvez avoir une page où les utilisateurs passent en moyenne 5 minutes, mais reviennent ensuite aux résultats de recherche. Vous aurez alors un taux de rebond élevé, mais le temps d’attente indique que les utilisateurs ont trouvé la page intéressante. Cela a beaucoup plus de valeur que le taux de rebond et il est bon de garder un œil dessus.

 

La vitesse de chargement de la page

La vitesse de vos pages est très importante pour l’expérience utilisateur. Google utilise la vitesse des pages comme facteur de classement depuis 2010, et lorsque la « mise à jour de la vitesse » a été publiée en 2018, ce critère est devenu encore plus important. Il existe plusieurs façons de mesurer la vitesse de vos pages :

 

  • Page entièrement chargée : indique le temps nécessaire pour que tout ce qui se trouve sur la page se charge, du premier script à la dernière image.
  • Time to First Byte (TTFB) – indique le temps nécessaire pour que la page commence à se charger.
  • Première image significative – cette métrique indique le temps nécessaire à la page pour charger suffisamment d’éléments pour permettre de voir le contenu de la dite page.

Il n’y a pas une meilleure façon de faire pour mesurer la vitesse de vos pages parmi ces trois méthodes, et il est donc pertinent de prêter attention à ces trois différentes mesures.

 

Le format mobile comme facteur de classement

Depuis la mise à jour « Mobile First » de Google, la compatibilité aux téléphones portables est devenue extrêmement importante pour chaque site web. Il est en effet crucial qu’un site web qui fonctionne bien sur ordinateur fonctionne aussi bien sur tablette et sur téléphone. Plus de la moitié des utilisateurs de Google utilisent un smartphone pour consommer de l’information et, par conséquent, Google préfère privilégier les sites web qui proposent une version adaptée aux formats mobiles.

 

Voici les différents critères à prendre en compte pour optimiser votre site web pour les utilisateurs mobiles :

  • Réactivité / adaptabilité
  • Pensez aux écrans tactiles (boutons plus grands, pas besoin de zoomer)
  • Vitesse de la page (encore plus important sur smartphones)
  • Pages mobiles accélérées (AMP)
  • Images évolutives et compressées
  • Mise en page claire
  • Pas de pop-up

Dans l’ensemble, il est important qu’un utilisateur mobile puisse naviguer sur votre site aussi facilement qu’un utilisateur de PC.

 

Utiliser des images et des vidéos pour compléter votre contenu écrit

Une page contenant uniquement du texte ne se lit pas facilement et les images / vidéos d’une page sont toujours avantagées par l’algorithme de Google si ce contenu est pertinent par rapport à la page en elle-même. Par exemple, utilisez quelques images ou une vidéo pour expliquer un texte, de sorte que presque tout le contenu du texte puisse être compris sans nécessairement devoir le lire avec attention.

 

Core Web Vitals

Nous avons déjà parlé plus tôt des « Core Web Vitals » qui peuvent maintenant être mesurées, le temps de chargement et l’adaptabilité aux formats mobiles en font partie par exemple.

Bien évidemment, il y a aussi la sécurité du domaine : un site web doit être HTTPS sous peine de ne pas être correctement référencé.

 

Les trois principaux facteurs des « Core Web Vitals » sont les suivants :

  • Largest Contentful Paint (LCP) – le temps nécessaire au chargement d’une page du point de vue de l’utilisateur.
  • Délai de première saisie (FID) – le temps qu’il faut à un utilisateur pour effectuer une action sur la page.
  • Cumulative Layout Shift (CLS) – la stabilité d’une page lors de son chargement, liée à sa stabilité visuelle.

Tous ces signaux peuvent être mesurés dans la Search Console ou dans le logiciel Pagespeed Insights de Google. Il est recommandé d’utiliser la Search Console car elle mesure directement l’ensemble du site web, alors que Pagespeed Insights ne peut regarder qu’une seule URL à la fois.

 

Outils de mesure UX

Il existe plusieurs outils pour analyser les métriques UX de votre site web, dont beaucoup sont gratuits. Par exemple, Google propose plusieurs outils accessibles par le biais de la Search Console. Vous y trouverez par exemple les mesures et les signaux de Core Web Vitals.

En outre, Google Analytics donne des informations sur d’autres signaux importants tels que le CTR, le taux de rebond et le temps d’attente. Vous pouvez également utiliser Analytics pour analyser le temps de chargement de vos pages et obtenir des suggestions d’optimisation pour chacune de vos pages.

Un autre outil gratuit est GTmetrix, qui est utile pour mesurer la vitesse de vos pages depuis différents endroits, avec différents appareils et différents réseaux.

 

Cela vous donne la possibilité d’optimiser votre site web pour les utilisateurs qui ont un appareil de moindre qualité, une connexion internet moins bon ou simplement une position géographique sous optimale. GTmetrix peut fournir des rapports détaillés sur la vitesse de vos pages et donne également des conseils d’optimisation. Il combine les données de l’outil Google Pagespeed Insights et de l’outil open source YSlow. Vous pouvez également utiliser GTmetrix pour regarder une vidéo du temps de chargement de votre page et analyser un « graphique de cascade » dans lequel vous pouvez voir le temps de chargement de chaque élément qui compose la page en question.

Un autre outil utile, pour allonger le temps de présence sur vos différentes pages, c’est Hotjar. Il vous permet d’analyser en temps réel ce que font les utilisateurs sur votre page, sur quoi ils cliquent, etc. En revanche, Hotjar a une version gratuite avec des fonctionnalités limitées, donc si vous souhaitez accéder à toutes ses fonctionnalités, vous devrez vous abonner.

 

En conclusion

En dernier lieu, l’UX deviendra de plus en plus important en matière de référencement. Il appartient maintenant aux développeurs web, aux concepteurs UX et aux spécialistes du référencement de réfléchir ensemble.

Et vous, quelles mesures allez-vous prendre pour améliorer l’UX de votre site web avant 2021 ?

Vous avez besoin d’aide pour optimiser votre site web ? Sortlist peut vous aider et vous mettre en contact avec une agence spécialisée en UX design.